Partagez | 
 

 As if by chance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Disturb
« Newbie ...


« Newbie ...
nom de l'image
» Messages : 45
» Inscrit le : 25/06/2011
» Coup de coeur : CNBlue ♥ B1A4

MessageSujet: As if by chance    Lun 25 Juil - 21:22

    Hors propos
    Et voilà, je vous présente ma nouvelle fanfic' =D Bon, là, c'est le prologue, assez long, je vous l'avoue >< Bon, je vais parler d'un groupe dans cette fanfic', mais c'est secret pour l'instant =D J'espère que le début vous plaira^^
    Alors oui, aussi, petite précision, quand le texte est en gras, c'est qu'ils parlent Anglais, et quand c'est en italique, c'est qu'ils parlent Français =)
    N'hésitez pas à me donner votre avis ♥



As if by chance
0. prologue






Il y a deux ans, je n’étais pas la même qu’aujourd’hui. J’étais alors âgée de 16 ans, je vivais chez ma tante, dans la campagne française, j’étais isolée de la société pour cause de mauvaise santé, j’avais ce qu’on appellerait une ‘insuffisance cardiaque’, j’étais incapable de fournir un effort physique continu, je perdais l’appétit, j’étais souvent fatiguée, je devais parfois emmener avec moi un appareil m’aidant à respirer. Ma famille possède des origines coréennes, mes parents vivaient en Corée, moi également jusqu’à la mort de ma mère et le suicide de mon père, j’avais 13 ans. C’est pour cela que depuis 3 ans, c’est ma tante et mon oncle qui m’ont recueilli. Ma tante est ce que l’on pourrait appeler une mère poule, elle m’empêchait de faire quoi que ce soit, de voir quiconque, elle me traitait réellement comme une malade et je détestais ça, mais je n’avais pas toujours la force de m’opposer. Mon oncle était son contraire, il se fichait bien que je sois là, il était exécrable, désagréable, râleur.
Il y a deux ans, j’ai rencontré mon premier amour. Je ne l’ai côtoyé seulement que pendant deux heures, mais il a persisté dans mes pensées pendant presque un an. C’était en plein automne, il pleuvait, enfin, plutôt une sorte de bruine désagréable. C’était le jour de mon anniversaire, je m’étais enfuie de chez moi parce que mon oncle avait eu la bonne idée de m’acheter un fauteuil roulant, en effet, ma maladie s’aggravait et les médecins n’y comprenaient rien, j’avais de plus en plus de mal à pratiquer une activité physique, si minime soit-elle, et je devais trop souvent à mon gout être reliée à cet appareil stupide qui me maintenait en vie. Mais à quoi bon continuer ? Les donneurs se comptaient sur le bout des doigts et ma place dans la liste d’attente ne me donnait aucun espoir. Ce fauteuil roulant, c’était histoire de dire « bientôt, tu ne seras plus qu’un légume qui nous devrons trimballer ». Alors qu’est-ce que j’avais fait en voyant ça ? J’avais fui. Ce que je sais faire de mieux. Fuir, essayer de tout oublier pour revoir la lumière d’espoir invisible réapparaître. J’y croyais plus, je n’y avais jamais cru, mais j’avais longtemps espérer y croire. En sortant du jardin, j’avais attrapé le vélo de ma tante et j’avais pédalé sur 300 mètres avant d’être obligée d’arrêter. Je pouvais encore voir la maison au bout de la route. J’avais balancé mon vélo dans le fossé, contrariée, victime de ma faiblesse encore une fois. J’avais amené ma main à mon cœur, j’avais saisit mon T-Shirt, prête à planter mes ongles dans ma chair, peut-être pour arracher cet organe si désolant que je possédais. Et c’est là qu’il se présenta à moi. J’étais trempée. Il avait placé un parapluie au dessus de ma tête.

? « Ça va ? »

Il avait parlé dans un anglais maladroit. Je n’avais pas relevé les yeux vers lui tout de suite, je fixais le sol, l’herbe trempée dans laquelle mes chaussures prenaient l’eau. En réalité, je tentais de reprendre le contrôle de mon rythme cardiaque qui déraillait déjà après seulement 300 mètres de course à vélo. J’étais en quelque sorte incapable de parler vu l’état saccadé de ma respiration.

? « Heu… Qu’est-ce que je vais faire ? »

Je sentais dans sa voix la panique. C’était toujours la même chose avec moi. Les gens avaient pitié. Ils ne savaient pas comment se comporter avec moi. Ça m’exaspérait, ça me désolait, ça me donnait envie de disparaître. Cependant, alors que j’avais toujours du mal à respirer, je finissais par relever les yeux vers lui. Il avait parlé Coréen. Je plantais mes yeux dans les siens, le souffle toujours court. Il avait des cheveux noirs en bataille, le visage fin et son regard sur moi semblait affolé. A cette époque, j’avais de très longs cheveux particulièrement ondulés et je me souviens avoir dû pousser une mèche qui me cachait le visage pour pouvoir le regarder. Il semblait surpris en voyant mon visage, il ne s’attendait sûrement pas à se retrouver à parler à une coréenne. Il ouvrit la bouche, sûrement pour essayer de me demander une nouvelle fois si ça allait, ou alors si j’avais besoin d’aide. Je connaissais ce genre de formule de politesse qu’on se sentait forcé de me sortir lorsque j’avais un semblant de malaise. J’amenais mon index à mes lèvres comme lorsque l’on veut dire ‘chuuut’ mais même si j’étais incapable de sortir un son, il comprit l’intention et ne dit rien. Au bout d’un moment, je sentis que je pouvais enfin reprendre une respiration normal sans craindre de tomber dans les pommes ou que mon cœur ne suive pas. Je me redressais alors complètement, j’avais toujours ma main agrippée à mon T-Shirt à l’endroit de mon cœur, je sentais son battement léger au creux de ma paume, et je regardais ce jeune homme qui était resté près de moi depuis tout à l’heure, à se ronger les ongles.

? « Comment tu t’appelles ? »
Seo Hee « T’es qui toi ? »

Il me regardait maintenant avec de grands yeux. L’air inquiet avait en quelque sorte disparu. Normal, vu sur quel ton je lui avais parlé. Il m’avait posé la question en Anglais et je lui avais répondu en Coréen. Ça avait de quoi surprendre aussi. Je quittais l’abri de son parapluie et allais chercher le vélo dans le fossé. En plus, je ne voyais pas à quoi lui servait de savoir mon nom. Alors que j’extirpais mon vélo du fossé, et des orties soit disant passant, il semblait tirailler entre le fait de me laisser là (le bon choix à faire) et me demander quelque chose. A force d’être exclue d’une quelconque socialisation avec d’autres humains, à force d’entendre ma tante me dire ‘fais pas ci, fais pas ci, parle pas à lui il va t’entraîner faire de choses que je veux pas que tu fasses’, à force d’entendre mon oncle sous entendre que j’étais un fardeau pour quiconque en bonne santé, j’étais devenue ce qu’on appellerait une renfermée. Même si je détestais le comportement de mon oncle et ses réflexions, même si je n’aimais pas que ma tante ne me laisse approcher personne, j’étais devenue comme ils voulaient que je sois, seule, isolée, repoussant les autres. Je me maudissais de refouler chaque personne venant me parler, mais les paroles de mon oncle s’imposaient dans mon esprit. Un fardeau. Je ne voulais être un fardeau pour personne.
J’avais enfin réussi à remonter mon vélo sur la route qu’il revenait planter son parapluie au dessus de ma tête.

? « Excuse moi, mais je cherche une station service. Notre bus est tombé en panne… »

Il avait pas mis de temps à comprendre qu’il pouvait me parler Coréen celui là.

Seo Hee « Tout droit sur 200 mètres, tourne à droite, puis à gauche tout de suite après, y’a un virage en épingle à cheveux et après un carrefour, au carrefour, tu continus tout droit mais 30 mètres plus loin, à droite. Tu fais encore quelques mètres et tu arrives au village que tu traverses et après tu tournes à gauche et voilà. »

Il écarquilla les yeux.

? « J’ai lâché prise au moment où je dois tourner à droite. »
Seo Hee, soufflant d’impatience « Au premier ou celui après le carrefour ? »
? « Au premier. »

Il se moque de moi ou quoi ? Il a oublié son cerveau dans son bus ou quoi ? Pourquoi ils envoient un imbécile leur chercher une station essence ? Le téléphone, ils connaissent pas ?

Seo Hee « Tout droit sur 200 mètres, tourne à droite, puis à gauche tout de suite après, y’a un virage en épingle à cheveux et après un… T’as encore rien suivit, c’est ça ? »

Il hocha la tête.

Seo Hee, au bord de la crise de nerf « Non mais t’as quel âge ? Non mais je vous jure, de nos jours, plus personne ne sait réfléchir… »
? « J’ai 18 ans. »
Seo Hee « Je m’en fous. »

Deux ans de plus que moi. C’est qu’il les fait pas le coquin, en plus avec ce manque de raisonnement. A cet instant présent, je ne sais pas pourquoi, j’ai repensé à une histoire que ma mère me racontait souvent quand j’étais petite. Avant de m’endormir, je la suppliais de me raconter l’histoire de sa rencontre avec papa. A cet époque, je n’étais pas l’ingrate et la renfermée que j’étais, je rêvais du prince charmant et priais pour le miracle d’un rétablissement rapide. Ma mère avait rencontré mon père au beau milieu d’une route de campagne. Elle avait toujours eu besoin de liberté et de grands espaces, alors, elle allait souvent en campagne faire du vélo en regardant le paysage verdoyant. Un jour, alors qu’elle pratiquait une de ses ballades régulières, son vélo creva au beau milieu d’une route jamais explorée et dépourvue de civilisation. Pas la moindre maison à l’horizon et encore moins de présence humaine. Elle me décrivait avec toujours beaucoup de nostalgie et de précision le temps qu’il faisait, les rayons du soleil qui perçaient et caressaient sa peau, le léger vent qui menaçait quand même d’emporter son chapeau de paille avec lui, les minutes qui passaient avec une étrange lenteur, comme si le temps s’était arrêté pour bénir avec intensité cette rencontre, l’attente pendant laquelle elle observa les formes des nuages dans le ciel, cette certitude qu’elle avait que quelqu’un finirait par la trouver, les battements de son cœur quand elle aperçut une silhouette au loin, la façon dont elle avait observé le visage de cet homme. Tout s’imprimait dans mon esprit comme dans un film, j’étais capable d’imaginer le moindre mouvement, le moindre détail du décors. Et plus elle me la racontait, plus je croyais au destin. Ce destin qui prédit une rencontre hasardeuse.

Seo Hee « Tu sais pédaler ? »

Je n’ai pas compris tout de suite ce que je faisais. Mais je voulais croire en quelque chose que j’avais oublié depuis longtemps. Le destin.
Il hocha la tête positivement, à croire que je lui avais faire perdre sa langue. J’avais deux ans de moins que lui mais j’avais l’impression de lui faire peur. Je lui tendais mon vélo et lui enlevais le parapluie des mains. Il monta en selle du vieux vélo de ma tante, mais je crois qu’il agissait sans vraiment comprendre la situation, plus parce qu’il n’avait pas envie de me contredire. Je me positionnais sur le porte bagage à l’arrière et je pliais le parapluie. Il rentra la tête dans les épaules comme si il espérait que ça le protège de la pluie. Un idiot chochotte en plus. J’enlevais ma veste et la positionnais au dessus de nos deux têtes, nous protégeant plus ou moins de la pluie.

Seo Hee « Tout droit. »

Il commença à pédaler. Je le guidais tant bien que mal. Je crois que je n’avais pas autant parlé depuis la mort de mes parents. Il y avait presque tout de la rencontre entre mon père et ma mère, un vélo, une panne, un garçon et une fille, la campagne. Je n’avais pas le soleil ni le vent. J’avais la ballade à vélo. Je n’avais pas la beauté de ma mère ni sa sympathie naturelle. Il n’avait pas la froideur de mon père. Il n’était en plus pas habile sur un vélo. Mais je sentais sa chaleur, j’entendais sa respiration renforcée à cause de l’effort qu’il produisait. Ça me fit sourire. Parce que lui, il ne commença à être fatigué seulement lorsque nous arrivions au village, autant dire qu’on avait parcourut un sacré bout de chemin, et en plus, il me traînait derrière lui, finalement, moi, je n’étais qu’une incapable.
Lorsque nous arrivions à la station essence, il ne pleuvait presque plus, et lorsque je descendais et que je regardais l’état pitoyable dans lequel ma veste était, il resta un moment encore assis sur le vélo à souffler. Une chochotte.

- « Seo Hee… Que me vaut ta visite ? C’est qu’on te voit de plus en plus rarement. Est-ce que c’est bien prudent pour toi de sortir, avec tout… »
Seo Hee, soufflant « Bonjour, Monsieur. Je porte seulement secours à une demoiselle en détresse. »

La demoiselle en question se redressa et me regarda avec un air suspect. Pour sûr qu’il se demandait si j’étais saine d’esprit. Je me dirigeais vers lui, c’est qu’il était resté à l’écart et je lui attrapais la main et le conduisais vers le garagiste. Il ne protesta pas et je le lâchais une fois près de l’homme. C’est que j’en avais des frissons de lui tenir la main… C’est ça de pas être habitué au contact des autres, c’est que y’en a qui pense que ma maladie est contagieuse… Il se pencha vers moi, tout timide.

? « Je ne parle pas Français et mon Anglais est assez mauvais… »
Seo Hee, levant les yeux au ciel « Va falloir penser à bosser dur une fois que tu seras rentré chez toi. Il faut que tu bosses ta mémoire, ton repérage dans l’espace, ton orientation, et surtout ton Anglais, je sais pas ce que tu veux faire plus tard mais c’est une langue universelle mon gars… »

Le garagiste semblait surpris de nous entendre parler coréen. Je me tournais vers lui, le visage impassible et il me lança un regard interrogateur.

Seo Hee « Son bus est tombé en panne. »
- « Son bus ? »
Seo Hee, me tournant vers le jeune homme qui avait les yeux rivés sur moi, apparemment, il ne comprenait rien à la discussion « Oui, d’ailleurs, c’est quoi ce bus ? Vous êtes des touristes qui viennent visiter le trou du cul du monde ? »
? « En… En quelque sorte. »
Seo Hee « C’est pas par ici qui faut visiter… A part des vaches, y’a pas grands choses à voir. Bon, c’est quoi comme panne ? »
? « Essence. »
Seo Hee « Panne d’essence, M’sieur. »

L’homme hocha la tête et partit en direction de son garage. Le jeune homme se tourna vers moi, de grands yeux ronds. Je lui lançais un regard l’air de dire ‘quoi ?’, il me pointa du menton l’homme.

Seo Hee « Bah quoi ? Il va te passer un bidon d’essence… »
? « J’ai pas pensé à prendre d’argent sur moi… »

C’est pas vrai.

Seo Hee « Ptin mais t’as le cerveau d’un moineau ou quoi ? »
? « Toi tu changes trop vite d’humeur ! »

De quoi qu’il me chante celui là ? J’ai jamais changé d’humeur, j’ai toujours été désagréable… C’est à ce moment là que j’arrêtais cependant de le traiter comme je l’avais fait depuis notre rencontre, comme un enfant. A bien y réfléchir, il faisait bien une demie tête de plus que moi et je devais lever le nez pour pouvoir le regarder dans les yeux, il n’avait pas tant que ça un visage d’enfant et ses vêtements étaient distingués, rien d’enfantin. Mais bon, c’est surtout parce qu’à ce moment là, il me tenait tête. Alors que l’on se regardait en chien de faïence, ayant sûrement en tête ce jeu où le premier qui détourne le regard a perdu, l’homme revint avec un bidon d’essence.

- « C’est tout ce qui me reste, vous pouvez tenir cependant plus d’une dizaine de kilomètres et il y a une plus grande ville pas trop loin capable de vous dépanner plus que moi, c’est qu’on est pas nombreux ici. »
?, sans cesser de me fixer « Il a dit quoi ? »
Seo Hee, sans cesser de le regarder droit dans les yeux non plus « Prends ton bidon et casse toi. »

Je prenais le bidon des mains de l’homme et il me regarda d’un drôle d’air.

Seo Hee « Mettez ça sur la note de ma tante… »

Il hocha la tête, nous lança un regard distrait et repartit en direction de son garage. Je lui filais le bidon et repartais en direction de mon vélo que j’enjambais sans plus attendre. Il ne faut pas croire au destin. Surtout dans mon cas, quand il n’y a pas d’issue, ni d’avenir. Je m’étais égarée, et bien que c’était la première fois, j’en tirais la leçon, ce serait aussi la dernière. Il arriva cependant plus rapidement que ce que j’avais prévu et il mit ses mains sur le guidon, m’empêchant d’avancer.

? « Tu ne peux pas partir comme ça, comment je retrouve la route, moi ? »
Seo Hee « Tu te prostitues pour gagner un peu d’argent et tu te payes un nouveau cerveau. »

Je le vis grincer des dents et je tentais de dégager mon vélo de son emprise.

? « Je t’ai vu, tout à l’heure. Je t’ai vu quitter ta maison et prendre ton vélo, je t’ai vu pédaler pendant seulement 300 mètres et je t’ai vu faire un malaise. Descends de là. C’est gagnant, gagnant, je pédale, tu me guides. »

Il croyait vraiment que c’était en mettant mes faiblesses à découvert qu’il m’apprivoiserait ? C’était tout le contraire qu’il fallait faire. Il me traitait comme une malade, mais c’était bien la chose que je détestais le plus. Pourquoi prenait-il du caractère maintenant ?

? « S’il te plaît… Seo Hee.»

Petite voix suppliante. Retour à la case chochotte. Pour sûr que si je le plante là, maintenant, il pleure. Il prend pas de caractère en fait, c’est son instinct de survie qui se met en marche. Et en plus, il se permet de retenir mon prénom. Non mais regardez moi cet incapable. Rah, il m’énerve.

Seo Hee « Tu me payes combien ? »

Il parut surpris et me regarda avec de grands yeux. Quelle idiote, j’ai oublié qu’il n’avait pas d’argent sur lui. Mais je peux toujours lui dire de me les envoyer chez moi. Si je suis encore en vie dans les jours qui viennent.

? « Je ferais ce que tu veux. »

Quel désespéré. On ne dit pas ça à une fille comme moi, on ne sait jamais jusqu’où peuvent aller les limites…

Seo Hee « D’accord. Alors ce que je veux, c’est un nouveau cœur. Ou un miracle»
?, toujours aussi surpris « Un… Nouveau cœur ? Un… Miracle ?»

Je hochais la tête. Il ne comprenait rien. Le miracle de pouvoir vivre plus longtemps, de pouvoir un jour me marier, avoir des enfants et finir ma vie vieille assise dans un rocking-chair face à la mer. Je finissais par lever les yeux au ciel. Je devenais trop mélancolique et je m’obstinais pour rien. Il avait raison, je ne serais jamais capable de rentrer seule chez moi. Il n’allait pas s’arracher le cœur de sa poitrine pour me le donner non plus et il n’avait pas de pouvoir magique. Si seulement il pouvait arrêter de me regarder avec cet air surpris… Je me dégageais du vélo et le lui tendais.

Seo Hee « Tu sers à rien. Et ne m’appelle pas par mon prénom. Quelqu’un que je ne reverrais jamais n’a pas besoin de le savoir… »

Ce n’est pas une question de ne jamais se revoir dans le sens où il habite en Corée et moi en France, parce que si je pouvais vivre, j’irais vivre là bas, dans mon pays natal, près de la mémoire de mes parents, et en plus, le monde est petit, et c’est souvent les gens que tu ne pensais jamais revoir que tu revois au coin d’une rue par le plus grand des hasard. Non, c’est que je ne vivrais jamais assez longtemps pour constater à quel point le monde est petit. Il parut attristé par mes paroles et ouvrit la bouche, je me détournais et ne croisais plus son regard, ce qui dû le stopper net dans son élan. Il enjamba le vélo et attendit que je me place sur le porte bagage. Puis il commença à pédaler. Je restais silencieuse, sauf jusqu’au moment où il prit à droite alors qu’il fallait tourner à gauche. Je lui tapais sur la tête et l’attrapais par les joues par derrière. Bon, pour tout vous dire, en clair, j’étais assise sur le porte bagage derrière lui et je lui avais chopé chaque joue avec une main et les lui pinçais. Glamour.

Seo Hee « Non mais regardez moi ce pas doué ! A gauche ! C’était à gauche. Aller, demi tour fisssa ! »
? « Aïe, mais arrête ! »

Il s’empressa de faire demi tour et je lui lâchais les joues. J’avais le nez dans son cou. Wouha. C’est qu’il avait mis du parfum le coco. Je fermais les yeux et respirais à fond, c’était agréable, ça me changeait de l’odeur de l’herbe coupée autour de la maison, des chèvres, des vaches et toutes autres choses pas très glamours dont je vous épargnerais les détails. Sans que je ne m’en rende conte, je ne pouvais me détacher de son cou mais au bout d’un moment, je le vis secouer la tête en riant, je me pris donc ses cheveux, courts mais quand même, dans la tronche.

? « Tu me chatouilles ! »

Je me reculais net, interdite, sentant le rouge me monter aux joues. Quoi ? Je rougissais ? Je baissais la tête, soudainement muette. J’avais le cœur qui battait trop vite à mon goût, mais cela n’avait rien à voir avec un quelconque malaise. C’était tellement différend, tellement plus agréable.
En une demie heure, nous étions arrivés au chemin qui menait à ma maison. Il s’était arrêté et scrutait les lieux en silence. Je n’avais pas osé dire un mot depuis tout à l’heure, mis à part pour lui indiquer la route bien sûr, sinon, on en serait pas là…

? « Bon. Je saurais retrouver le chemin maintenant. Komawo, Seo H… Ma sauveuse. »
Seo Hee « C’est nul comme surnom, Ahjussi la demoiselle en détresse. »
? « C’est pas mieux, toi. »
Seo Hee « C’est moi qui l’ai inventé alors forcément que si, c’est mieux. »
? « J’ai une dette envers toi. »
Seo Hee « Oublie. »
? « Et si je te donnais mon cœur ? »
Seo Hee « Ouh ! Quel romantisme ! Crève. »

Il sourit, enleva sa veste (Un blazer bleu marine avec le col noir et les boutons style or, juste trop sexy soit disant passant), me le passa sur mes épaules (oui, ma veste était trempée, froissée et déjà morte depuis deux semaines, déchiquetée par Brossadent, le chien mais c'était ma veste fétiche...) et puis il commença à se pencher vers moi. Je n’avais d’ailleurs par remarquer que nous étions aussi proches. Non mais qu’est-ce qu’il compte faire ? Il m’embrassa sur la joue, ou plus précisément, au coin des lèvres et je crus que mon cœur allait lâcher pour de bon. Je le repoussais immédiatement, lui collant son bidon dans les mains, et son parapluie.

Seo Hee « Non mais qu’est-ce que tu crois faire ?! Dégage ! J’veux plus te… »

Je ne prenais pas peine de finir ma phrase, ça ne servait à rien de préciser que je ne voulais plus le revoir puisqu’on ne se reverrait jamais. Je jetais sa veste par terre, j’attrapais mon vélo et me dirigeais à grand pas le long du chemin menant chez moi. Je l’entendis rire mais je ne me retournais pas. Croyez le ou non. Je suis tombée amoureuse de ce garçon. J’allais devenir une mourante amoureuse d’un garçon qu’elle n’avait vu que deux heures, voilà ce que je répétais toute la soirée, ruminant contre moi même. J’allais être amoureuse de quoi ? Un souvenir. Ma tante trouva une veste sur la boîte aux lettres, un blazer bleu marine, elle finit dans ma chambre, sur le dossier de ma chaise, parfois, elle venait faire un tour dans mon lit, en guise d'oreiller.

Deux jours plus tard, mon médecin m’appelait pour m’annoncer qu’il y avait eu une erreur sur la liste d’attente de donneur, j’étais en réalité première sur la liste et un donneur s’était déjà présenté. Une semaine plus tard, j’allais renaître.


Revenir en haut Aller en bas
http://munjeo-wass-syeong.forum-pro.fr/
Djouulie23
« Newbie ...


« Newbie ...
nom de l'image
» Messages : 39
» Inscrit le : 20/05/2011
» Localisation : quelque part
» Coup de coeur : En ce moment les shinee !!
» Humeur : Toujour de bonne humeur!!!


MessageSujet: Re: As if by chance    Mar 26 Juil - 8:22

ahh. Je veux la suite!!!!! J'aime bien la rencontre. Et je me demande qui etait le mister. J'aime bien le style d'écriture aussi
Revenir en haut Aller en bas
Artemis


Ki Seop's Lady ♥
nom de l'image
» Messages : 443
» Inscrit le : 05/06/2010
» Humeur : Happy Happy !! ^^


MessageSujet: Re: As if by chance    Mer 27 Juil - 1:12

Bon, je t'ai déjà fait par de mon avis !! J'adore !!! :D J'ai tout relu =D
J'ai particulièrement aimé le changement du blazer en oreiller *-* Et je veux trop savoir comment renaîtra notre petite Seo Hee... Je me demande comment pourra-t-elle confronter le monde après cela ! :O Une nouvelle vision de la vie peut-être ! Je veux lire la suiiiiiite *O* Trop hâte !!
Revenir en haut Aller en bas
saranghea


N°1~ JongUK N.Sonic
nom de l'image
» Messages : 8039
» Inscrit le : 17/07/2009
» Localisation : In my mind
» Coup de coeur : N:Sonic...JongUk & Bong Jun // Memory in FT.Island ♥
» Humeur : HUmmm IN LOVE ♥


MessageSujet: Re: As if by chance    Mer 27 Juil - 3:27

OMGGGGG ma didi j'adore tropppppppp!!!
Mais ou va tu chercher tout sa!!?
Je trouve que ton intro est bien et décrit bien le caractère de la fille ainsi que son histoire!!
Mais maintenant tu me met l'eau à la bouche pour ce fameux "?" Qui est ce garçon?
raaaa vivement la suite :)
Revenir en haut Aller en bas
http://saranghea63.skyrock.com
nanae
« Sarang-azn' vip ...


« Sarang-azn' vip ...
nom de l'image
» Messages : 4084
» Inscrit le : 13/04/2009
» Localisation : GUINEE
» Coup de coeur : lasse!!!!!
» Humeur : drama à fond ...que m'arrive-t-il


MessageSujet: Re: As if by chance    Jeu 28 Juil - 10:40




j'adore ce style et ça se lit aisément et j'aimerais bien la suite .....fighting!!!

elle est sympa même avec ce caractère 124
Revenir en haut Aller en bas
Disturb
« Newbie ...


« Newbie ...
nom de l'image
» Messages : 45
» Inscrit le : 25/06/2011
» Coup de coeur : CNBlue ♥ B1A4

MessageSujet: Re: As if by chance    Mer 10 Aoû - 13:24

    Hors propos
    Voilà enfin le nouveau chapitre ! =D Excusez moi, en fait, je suis en vacances et je pensais pouvoir me connecter sur Internet plus souvent et avoir plus de temps pour écrire, mais finalement, rien ne se passe comme prévu xD Donc, j'espère que ca chapitre vous plaira, vous allez enfin comprendre sur quel groupe va porter la fic' =D

    Merci à tous pour vos commentaires, ils me font réellement plaisir ! ♥



As if by chance
1. airplane





? « Aigo ! … … Aigo ! »
Seo Hee « Yeon Ji, arrête de te plaindre ! »
Yeon Ji « Unniiiie, ne me maltraite pas ! ! »

Un rire émana de ma gorge alors que je faisais demi tour et saisissais sa valise qu’elle trimballait difficilement. Ah, cette fille, quelle chochotte ! Choi Yeon Ji. Ma cousine. De un an ma cadette. Petite, mince, des cheveux très longs, bruns foncés, un visage typiquement coréen. Depuis un an, elle était revenue de son internat, et nous étions devenus comme inséparables, même si la plupart du temps, elle me tapait sur les nerfs… Derrière ses allures fragiles et naïves, elle était en réalité très intelligente, et avec un an d’avance, elle entrait déjà à l’université. Pas du tout sportive, râleuse, gentillette, timide, elle était un peu mon contraire. Sauf pour ce qui était de râler, peut-être. Enfin, j’ai beaucoup changé en deux ans. Avant mon opération du cœur, j’étais renfermée, agressive, méfiante, maintenant, je suis quelqu’un de très souriante, légèrement hyperactive, je n’en reste pas moins très lunatique, mais on sent que l’espoir a fait surface, et qu’il m’a ouvert à la vie. En clair, je suis plus sociale.
Vous vous demandez peut-être ce qu’on est en train de fabriquer, et bien c’est très simple. Yeon Ji entre dans une université Coréenne la semaine prochaine, à Séoul, et moi, en cousine adorable, je pars avec elle pour la surveiller. En réalité, mon oncle veut se débarrasser de moi sachant que j’ai atteint la majorité, et aussi, parce que j’ai toujours rêvé de retourner habiter en Corée. La maison de mes parents n’ayant pas été vendue, et n’étant pas très grande, nous pouvons vivre là bas, ma tante nous envoyant de l’argent régulièrement. J’avais réussi à décrocher mon diplôme, avec quelques difficultés, je vous l’accorde mais cela m’a tout de même permis de m’inscrire moi aussi à l’université, dans la section musique/composition, de plus, j’avais également réussi à obtenir un stage dans une agence. En réalité, mon père était compositeur dans cette agence, et lorsque j’ai appelé et que je me suis présentée, je crois qu’ils ont tout de suite compris qui j’étais. Quand je les ai appelé, la femme au téléphone sembla m’avoir tout de suite reconnue et elle m’a passé le directeur dans les minutes qui suivaient. Bref, là n’est pas la question, j’allais travailler dans le milieu qui me plaisait, c’est à dire la musique, j’allais marcher sur les traces de mon père, ma cousine allait pouvoir suivre le cursus qu’elle souhaitait et j’allais renouer avec mes racines.

Seo Hee « Bouge toi ! »

Elle leva des yeux de chiens battus vers moi. Il fallait savoir que nous courions en plein aéroport, je me trimballais sa valise et la mienne, plus un sac de sport, et elle, elle avait seulement son sac à main, mais non, elle ne peut pas faire d’effort. Je m’arrêtais net dans ma course, je faisais presque une tête de plus qu’elle, et je m’approchais d’elle avec un regard noir, je la fixais pendant seulement 10 secondes comme ça et elle partit en courant. Fière de moi, et de cette astuce qui marchait toujours pour la faire flipper, je commençais à courir à sa suite. Oui, je cours, merci mon nouveau cœur. Après avoir été déposer nos valises en catastrophe, nous arrivions enfin à l’embarquement, la femme au guichet fut surprise de nous voir et elle nous signala que une minute plus tard et c’était fini pour nous, ça aurait été trop tard. Je tapais ma cousine à l’arrière de la tête en lui disant de penser à courir plus vite la prochaine fois et nous grimpions dans le bus nous menant à l’avion. Il ne faut pas croire mais mes parents m’avaient laissé un héritage assez important que je n’avais presque jamais dépensé, pensant que j’étais vouée à mourir, je ne voyais pas en quoi dépenser mon argent dans des objets dont je n’aurais jamais le loisir de me servir était nécessaire. C’est pour cela que nous voyagions en première classe. Ma cousine m’avait fait tout un caca nerveux parce qu’elle voulait être du côté du hublot, et moi aussi je voulais être de ce côté. Je n’avais jamais pris l’avion, ce n’était pas pour rester sur le siège au bord de l’allée et mater les stewarts. J’avais donc acheté deux billets près d’un hublot, nous n’étions donc pas voisines mais elle était assise derrière moi.
Avant de rentrer dans l’avion, je lui tendais son billet pour qu’elle cherche d’elle même son siège. En fait, avec elle, j’avais l’impression parfois de me comporter comme une mère, je cédais à la plupart de ses caprices, je la mettais en garde quand ce qu’elle allait faire n’était pas réglementaire, mais comme je n’aimais pas agir comme cela avec elle, des fois, je la laissais complètement tombée et la laissais se débrouiller totalement seule. C’était un peu tout ou rien, je pouvais passer 20 minutes à la couver et après, pendant une heure, je la lâchais en ville, m’éclipsais et la laissais seule rentrer à la maison sans rien lui dire. Dans ces moments là, elle était totalement perdue, entre ma tante qui était une vraie mère poule et moi qui y jouais aussi, une fois livrée à elle même, elle ne savait plus rien faire. Une vrai enfant gâtée pourrie. Bref, là, elle se démerdait. Timide comme elle était, elle allait aussi devoir se débrouiller pour réveiller le jeune homme qui dormait sur le siège qui la séparait de son siège près du hublot. J’avais de la chance, mon jeune homme à moi ne dormait pas, d’ailleurs, il prenait l’autre en photo.
J’arrivais donc près de ma place, je lançais un léger regard à ma cousine qui était déjà en train de baisser les yeux et de regarder son siège avec insistance, comme si ça allait se faire lever le jeune homme sans qu’elle n’ait à lui demander. Tiens, ce sont deux asiatiques. Je dirais même Coréen. Non mais attendez une petite minute, sur les sièges de l’autre côté de l’appareil, y’a aussi des Coréens ! On est encerclé ou quoi ? 1, 2, 3, 4, 5… 6. Dans un compartiment première classe qui ne prend que 12 places, c’est quand même pas mal. Je plaçais mon sac de sport au dessus de mon siège à l’emplacement de rangement, non sans remarquer qu’il y avait déjà un sac identique au mien. Je baissais alors les yeux, me demandant si c’était le garçon assis à côté de moi qui le possédait. Il devait être un peu plus âgé que moi, il avait un visage gentillet et une masse hirsute de cheveux plus ou moins roux sur la tête. Je haussais un sourcil.

Seo Hee « Pardon. »

Il releva les yeux vers moi et se leva pour me laisser passer. Je lui lançais un petit sourire en guise de remerciement et il fit de même puis je m’installais. Je me retournais alors et découvrais que Yeon Ji était toujours au milieu du couloir, immobile. Je pouffais de rire et me retournais.

Yeon Ji « Unnie… »
Seo Hee « Hum… ? »

Un silence s’installa. Je ne bougeais pas, j’avais pensé à sortir un livre de mon sac de sport et j’attrapais mes lunettes qui étaient dans la poche de mon sweat. Oui, je porte des lunettes. Ce sont des lunettes de vu stylées RayBan noires.

Yeon Ji « Je… Je vais aux toilettes. »
Seo Hee, ailleurs « Hum… Ne tarde pas, on va bientôt décoller… »

Je me retournais une nouvelle fois et la voyais se faufiler jusqu’aux toilettes. J’eus un rire machiavélique mais je m’arrêtais net quand je remarquais que le garçon à côté de moi me dévisageait. Je lui lançais un petit sourire et me remettais droite sur mon siège en ouvrant mon livre.

? « Hé, Soo Hyun, il est Ki Seop ? »

C’était le garçon à côté de moi qui avait parlé. Le garçon dans la rangée en face se tourna vers mon voisin et haussa les épaules. Il avait l’air plus âgé que les autres, des cheveux bruns hirsutes sur la tête, un air sérieux.

Soo Hyun « Bah tu sais, il est rentré plus tôt avec Ki Ra. »
Mon voisin « Ouh les petits cachottiers ! »
Soo Hyun « En même temps, ils sortent ensemble, ils font ce qui leur plaît… »
Mon voisin « Il est pas sympa de pas me l’avoir dit… »
Soo Hyun « Tu sais, je crois qu’il n’avait qu’une envie, rentrer. Tu sais bien que lui et la France, c’est plus tellement ça depuis la dernière fois… »

Pffiou, plus chiante comme discussion, tu meurs. Ah, mais c’est que ma cousine chérie est de retour ! Je viens d’entendre l’hôtesse lui dire d’aller vite s’asseoir parce que nous allons bientôt décoller. Je prenais mes lunettes et faisais genre de les nettoyer pour avoir son reflet dans les verres. Huhuhuhu, elle était encore debout au milieu du couloir, tenant des deux mains son sac à mains contre elle. Elle ouvrit la bouche mais ne dit rien. Elle était d’une timidité maladive, ça faisait presque peur. Je sais, vous vous dites, je suis une cousine indigne, je ne fais rien pour l’aider, je l’espionne et je me moque d’elle, mais c’est pas en faisant tout à sa place qu’elle résoudra le problème ! Là, au moins, elle apprend à se débrouiller !

Yeon Ji « Hum… Par… Pardon… »

Vas y, je suis avec toi ! Mentalement parlant bien sûr. Je sentis peser pour la seconde fois le regard de mon voisin sur moi. Je lui lançais un regard en coin, histoire de lui dire, mêle toi de tes fesses, mais ça ne le perturba pas et il haussa un sourcil. Dans les hauts parleurs, l’hôtesse de l’air nous invitait à attacher nos ceintures. Je vis alors dans les verres de mes lunettes comme une vague de panique traverser le visage de Yeon Ji et elle commença à s’agiter. Je soufflais alors et me retournais, la fusillant du regard. Quant à elle, elle me refaisait le coup du regard de chien battu.

Seo Hee « Aigo, Yeon Ji ! … YAH ! La belle au bois dormant, y’a une demoiselle coincée des fesses qui voudrait passer ! »

Pour se faire remarquer, rien de mieux que de parler bien fort et d’utiliser des termes vulgaires. Honte à toi, Yeon Ji ! Le garçon sursauta et se leva d’un bond. Il regarda autour de lui, affolé, Yeon Ji s’inclina poliment et passa alors que moi je lui faisais un petit sourire ironique et un petit signe de la main. Celui là était plus jeune, il avait des cheveux noirs sur la tête et une bonne bouille d’enfant.

Seo Hee « Yeon Ji, je te préviens, va falloir que tu bosses dur là dessus, niveau relationnel, tu crains un max. »

Je me retournais et remettais mes lunettes sur mon nez. Il était temps pour tout le monde d’attacher sa ceinture. Le garçon à côté de Yeon Ji se pencha sur son siège et vint taper sur l’épaule de mon voisin.

?? « Hé, Hyung, évite de vomir sur la demoiselle à côté de toi, ce serait bête que l’histoire se répète… »
Mon voisin, se retournant d’un coup « Dong Ho ! »

Le dénommé Dong Ho commença à ricaner en se rasseyant normalement sur son siège, alors que moi, je dévisageais mon voisin. Il se tourna vers moi, l’air affolé, et par réflexe, je mettais une main devant sa bouche.

Seo Hee « Non, par pitié, ne me vomissez pas dessus sinon je vous préviens que je vous fait tout bouffer direct ! »

Le garçon écarquilla les yeux et commença à s’agiter, apparemment, je l’empêchais de parler. J’enlevais ma main, suspicieuse, prenant également conscience que bloquer sa bouche avec ma main n’était pas la meilleure chose à faire, si vous voyez ce que je veux dire…

Seo Hee « Vous vous appelez comment ? »
Mon voisin « Kevin… »

Je haussais un sourcil.

Seo Hee « C’est votre vrai nom ? »
Dong Ho « Non, attends deux secondes, Noona, tu sais pas qui on est ? »

De quoi il m’appelle Noona, celui là ? Un peu de respect… En même temps, j’ai pas trop envie qu’il m’appelle Ajumma… Je me tournais vers le garçon derrière, lançant au passage un regard à ma cousine.

Seo Hee « Pourquoi, je devrais ? T’es un nain célèbre ? »

Yeon Ji me suppliait du regard, elle avait sûrement peur que je fasse un scandale, comme d’habitude. Ouais ouais, j’ai peut-être pas tellement changé que ça, on va dire seulement que je suis moins méfiante qu’avant… Et plus sportive, aussi. Je l’ai pas encore frapper, c’est déjà ça, non ? Ca veut bien dire que j’ai fait des progrès ?

Dong Ho « Quoi ? Mais je suis pas un nain ! T’es coréenne, toi, non ? Tu connais pas les U kiss ? »
Seo Hee, mi surprise, mi blasée « C’est un groupe de nains célèbres dans ton genre ? »
Dong Ho, se tournant vers Kevin « Hyung ! »
Seo Hee, me tournant à mon tour vers Kevin « Bon, allez, file ton vrai nom. »
Kevin, avec des yeux grands comme ça (héhéhé) « Woo Seong Hyeon. »
Seo Hee « Bah voilà, vous voyez quand vous voulez, vous pouvez arrêter de faire les imbéciles… Bien, Seong Hyen-ssi, tu me vomis dessus, tu me dois 1 500 000 won, ok ? »

Il hocha la tête, la bouche grande ouverte, alors que le garçon derrière était en train de pester parce qu’on ne connaissait pas les U kiss je sais pas quoi.

Seo Hee « Brave garçon. »

Je lui faisais un dernier petit sourire, forcé et terriblement ironique, et je me tournais du côté du hublot. On allait décoller. Pour tout vous dire, je suis restée pendant au moins 30 minutes le nez collé au hublot. La vue d’un avion est magnifique ! Seulement, au bout d’un moment, je me tournais vers Yeon Ji, je ne l’avais pas entendu depuis tout ce temps non plus, non pas que cela m’inquiète mais on ne sait jamais. Tiens, le nain était en train de lui parler. Il lui racontait comment il s’était cassé la figure sur scène en dansant à une émission télé et comment il était tombé sur un certain Eli, faisant que ce dernier avait un bleu énorme à la cuisse. Je souriais. Yeon Ji gardait sa tête basse mais elle ne pouvait s’empêcher de rire devant la façon de raconter du gamin. Enfin, gamin, nain, tout ça, je suis sur qu’il est plus grand que moi mais c’est pas de ma faute si il a une tronche d’enfant. Quand il me vit tournée vers eux, son visage s’illumina et il me fit signe de la main de ne pas bouger. Je tournais immédiatement la tête en levant les yeux au ciel et observais mon voisin complètement agrippé à son siège.

Seo Hee « Alors c’était pas une blague, t’es vraiment malade en avion ? »

Mon voisin se tourna vers moi avec un regard suppliant, il était un peu pâle. Je penchais ma tête sur le côté et eu un petit sourire.

Seo Hee « T’es mignon, toi. »

Il ouvrit de grands yeux et le rouge parsema ses joues.

Seo Hee « Voilà, maintenant, tu as repris des couleurs. »

J’affichais un sourire satisfait alors que le nain de derrière me tendait un écouteur. Je le jaugeais un moment mais il me ficha l’écouteur dans l’oreille.

Seo Hee « Yah, tu te crois où le nain ?! »
Dong Ho « Ecoute ça, Noona ! C’est notre chanson, 0330. »

Une musique résonnait alors dans mon oreille. Par pure curiosité, je gardais l’écouteur à mon oreille et me concentrais dessus. Au bout d’un certain moment, il se mit à bondir sur son siège, tirant sur l’écouteur et manquant de me l’arracher de l’oreille.

Dong Ho « Là, c’est moi qui chante ! Tu écoutes, tu écoutes ? Ha ! Et là, c’est Kevin Hyung ! »

Je me tournais vers le dénommé Kevin qui me sourit. Puis, avant que j’ai le temps de quoi que ce soit, le nain m’arracha l’écouteur des oreilles et le tendit à ma cousine.

Dong Ho « Tiens, je vais te faire écouter à toi aussi. »

Il lui colla les deux écouteurs dans les oreilles en se penchant vers elle, et je la vis virer au rouge écrevisse, j’eus un petit ricanement moqueur et elle me lança un regard suppliant. Dong Ho se tourna de nouveau vers moi avec un grand sourire.

Dong Ho « Alors, tu en penses quoi ? »
Seo Hee, avec un regard plein d’admiration « Wouhhaaaa. C’est nul. »

Je tendais la main et lui ébouriffais les cheveux puis je me tournais pour être assise normalement sur mon siège et arrêter de me défoncer le cou et la colonne vertébrale à être complètement tournée vers eux.

Dong Ho « Soo Hyun Hyung ! Elle a dit qu’on était nul ! »

Rah, mais c’est qu’il m’énervait à toujours appeler ses Hyung à la rescousse. Je me tournais vers le jeune homme qui avait réagit à l’appel de Dong Ho et je soufflais pour ensuite réajuster mes lunettes sur mon nez, empoignant mon livre, l’air concentrée. Le nain n’arrêtait pas de gueuler comme un petit malade, en parlant à Yeon Ji toutes les 30 secondes, lui demandant encore et encore si elle, elle aimait, mais timide comme elle était, elle n’osait que hocher la tête. Au bout d’un moment, blasée par les beuglement du nain, je me penchais vers Kevin, un air désapprobateur sur le visage.

Seo Hee « Tu peux pas le contrôler un peu ? »
Kevin, avec un petit sourire désolé « Il n’écoute jamais personne… »
Seo Hee, hochant un sourcil « Tu veux que je te donne des leçons pour être autoritaire, regarde moi, ça marche plutôt bien. »

Nous nous tournions tous les deux vers Yeon Ji qui gardait la tête basse. Kevin et moi échangèrent un sourire et nous tournions de nouveau normalement.
Le reste du voyage, soit disant passant terriblement long, se passa plutôt calmement, en fait, avec Kevin, on a mis un somnifère dans la boisson de Dong Ho, et ça l’a calmé direct. C’était très marrant. Du coup, ça a occupé Kevin et il a arrêté de jouer les grands malades dans l’avion. Je dois avouer qu’on a bien rigolé tous les deux, c’est un garçon vraiment adorable et très mignon en plus. On jouait au premier qui arrivait à faire rougir Yeon Ji, j’ai gagné 5 – 4, il était plutôt doué quand même. On a parlé un peu musique, et j’ai fini par croire à leur histoire de groupe, même qu’ils ont tous interprété une chanson, sans Dong Ho qui dormait d’un sommeil de plomb. J’ai vachement parlé aussi de mon envie de devenir compositrice, normal, ils sont dans la musique quand même.
Dong Ho se réveilla alors que nous atterrissions, il avait l’air d’avoir la tête complètement dans le cul, et ça nous occupa beaucoup de nous moquer de lui avec Kevin, ce qui permit à Kevin aussi de se détendre de ne pas être malade lors de l’atterrissage, le pire moment soit disant. Nous fumes séparés à la sortie de l’avion, une cinquantaine de fans les attendaient à l’aéroport et à peine descendus, ils furent encerclés par des gardes du corps alors que des majordomes où je ne sais quel autre genre de serviteur allaient récupérer leurs valises. Même pas le temps de faire un petit signe de la main au mignon Kevin. Pas de numéro de téléphone non plus. Enfin, c’est pas ça qui va m’attrister, la vie est ponctuée de rencontres fortuites et éphémères. Par contre, il y avait quelque chose qui clochait avec Yeon Ji. Elle avait l’air de faire la tête.
Alors que le taxi venait de nous déposer devant la petite maison de mes parents, je me tournais vers Yeon Ji, un air mauvais sur le visage.

Seo Hee « Qu’est-ce que tu as à faire la tronche, toi ? »
Yeon Ji, une moue d’enfant triste sur le visage « Unnie… Pourquoi tu as endormi Dong Ho Oppa ? »
Seo Hee, mi surprise mi énervée « ‘Dong Ho Oppa’ ? ‘Dong Ho Oppa’ ? Depuis quand tu mets des Oppa comme ça toi ? C’est un gros râleur, j’en pouvais plus de l’entendre se plaindre à tout de champ… »
Yeon Ji « Tu es toujours aussi égoïste, Unnie. »

Et la voilà qui filait vers la maison. Moi, égoïste ? Arrivée à la porte, elle se tourna vers moi, tournant la poignée sans résultat. Je sortais les clés de ma poche et les agitais devant moi. Elle revint vers moi, la tête basse.

Yeon Ji « Mi an né, Unnie. »

Je levais les yeux au ciel, empoignais sa valise et la mienne et me dirigeais vers la porte d’entrée que j’ouvrais. C’était une maison à un étage, avec deux chambres et une salle de bain à l’étage, le salon et la cuisine au rez de chaussé, le stricte nécessaire pour une petite famille. Tous les meubles étaient recouverts par des draps et il y avait une énorme épaisseur de poussière sur le sol et les meubles, va y avoir du boulot… Je posais toutes les affaires dans l’entrée et j’ouvrais mon sac de sport pour récupérer mon téléphone et appeler ma tante, et là, ce fût le drame. La bouche grande ouverte, je retournais le sac de sport alors que tout un tas de chose en sortait, ça allait de caleçons à des livres, il y avait même un casque et un MP3. Mais rien à moi. Je levais les yeux.

Seo Hee « Pourquoi !? Ash ! »

Je reprenais le sac, sentant la panique monter en moi. Mais ça ne servait à rien, c’était clair que ce n’était pas le mien.

Yeon Ji « Unnie, qu’est-ce qu’il se passe ? »

Je m’assis sur le sol en tailleur, regardant autour de moi, cherchant une solution. Je fouillais dans tout le bordel maintenant étalé dans le couloir, mais en vain, pas de trace d’une quelconque information sur son propriétaire.

Yeon Ji « C’est pas ton sac ? Qu’est-ce qu’il y avait dans le tien de si important qui te mette dans cet état ? C’est rare de te voir aussi affolée… »

Je la fusillais du regard alors que je sentais comme ma force me quitter, mon souffle augmentant petit à petit. J’avais du mal à réfléchir.

Seo Hee « Il y a mon téléphone et… La veste. »

Je me levais de nouveau et arpentais le couloir, ne cessant de répéter ‘réfléchit, réfléchit’. Ma cousine haussa un sourcil.

Yeon Ji « Quoi ? Cette veste, tu l’as encore ? »

Je me tournais vers elle, l’air féroce, elle baissa la tête immédiatement. Oui, j’avais encore cette veste, je n’arrivais pas à la jeter, en plus, il fallait avouer qu’elle était classe et elle m’allait, bien qu’elle soit un petit peu grande, ça ne faisait pas ridicule sur moi et j’aimais la porter. Non, elle n’avait plus du tout son odeur, non, je ne dormais plus avec, mais oui, j’aimais l’avoir avec moi. Et non, je ne pense plus à lui. Sauf quand je vois la veste… Mais le temps a passé, il a sûrement changé tout comme moi j’ai changé, ça ne sert à rien de ressasser le passé. N’empêche que je veux retrouver cette veste ! Je tendais alors la main vers Yeon Ji, l’air insistant.

Seo Hee, autoritaire « Passe moi ton téléphone. »
Yeon Ji, tendant la main avec son téléphone, méfiante « Unnie, tu vas pas le jeter par la fenêtre pour passer ta colère ? »
Seo Hee, haussant un sourcil après avoir pianoté sur le téléphone et l’avoir amené à mon oreille « Mais de quoi tu parles ? »
Yeon Ji, baissant les yeux « Bah la dernière fois… »

Je levais les yeux au ciel, recommençant à faire les cent pas, cette fois dans le salon, slalomant entre la table basse, la table à manger, le canapé… La sonnerie retentissait. C’est assez bizarre de se dire que j’appelle mon propre téléphone… Oui, je l’avais laissé dans mon sac de sport, il fallait maintenant seulement prier pour que la personne possédant mon sac à ce moment précis décroche.

Revenir en haut Aller en bas
http://munjeo-wass-syeong.forum-pro.fr/
saranghea


N°1~ JongUK N.Sonic
nom de l'image
» Messages : 8039
» Inscrit le : 17/07/2009
» Localisation : In my mind
» Coup de coeur : N:Sonic...JongUk & Bong Jun // Memory in FT.Island ♥
» Humeur : HUmmm IN LOVE ♥


MessageSujet: Re: As if by chance    Mer 10 Aoû - 15:07

ohh ma chérie, je vais de suite lire ton chapitre :) ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://saranghea63.skyrock.com
FT Island let's go
« Addicted...


« Addicted...
nom de l'image
» Messages : 171
» Inscrit le : 28/05/2011
» Localisation : La 16e Dimension dominera le monde! MOUHAHAHAHA
» Coup de coeur : FT Island, SHINee, SuperJunior..... VICTORY KOREA
» Humeur : HAPPYYYY


MessageSujet: Re: As if by chance    Mer 10 Aoû - 15:38

ah bah j'avais commencé à la lire sur un autre forum, mais vu que que tu l'a posté ici aussi, je vais commenter ici! Alors déjà c'est ma première fic sur les U-Kiss, j'aime beaucoup! Le deuxième chapitre est vraiment drôle, ils ont oser donner un somnifère à Dongho O12
Vivement la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Yeonnie
Kyu Jong Only Love~♥  Dong Woon's Princess


Kyu Jong Only Love~♥
Dong Woon's Princess
nom de l'image
» Messages : 5296
» Inscrit le : 23/04/2009
» Localisation : Crazy Land
» Coup de coeur : Lee Hi
» Humeur : One Shot~~


MessageSujet: Re: As if by chance    Ven 12 Aoû - 22:27

Wouahh!!! J'adore!!! Je veux la suite <3



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
B.A.P♥. « Yes sir! We are the B.A.P.Warrior's is back with No Mercy because We've Got The Power.  One Shot!Are you gonna give in? Are you gonna be caught by the surrounding traps?Only one shot!Don’t run away, turn around and face your faces
» ▬ B.A.P ;; ONE SHOT.

Revenir en haut Aller en bas
Yeonnie
Kyu Jong Only Love~♥  Dong Woon's Princess


Kyu Jong Only Love~♥
Dong Woon's Princess
nom de l'image
» Messages : 5296
» Inscrit le : 23/04/2009
» Localisation : Crazy Land
» Coup de coeur : Lee Hi
» Humeur : One Shot~~


MessageSujet: Re: As if by chance    Dim 21 Aoû - 21:42

Je veux la suite!!!



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
B.A.P♥. « Yes sir! We are the B.A.P.Warrior's is back with No Mercy because We've Got The Power.  One Shot!Are you gonna give in? Are you gonna be caught by the surrounding traps?Only one shot!Don’t run away, turn around and face your faces
» ▬ B.A.P ;; ONE SHOT.

Revenir en haut Aller en bas
Lee Joo Yeon ~
« True Blue ...


« True Blue ...
nom de l'image
» Messages : 480
» Inscrit le : 21/06/2011
» Localisation : 92
» Coup de coeur : Sum 41 - Pieces

MessageSujet: Re: As if by chance    Dim 21 Aoû - 22:47

Ahhhhhh je suis completement accro a ton histoire! :3 Je veuuuuuuuuuuux la suite!!!!!!! ><
Revenir en haut Aller en bas
Artemis


Ki Seop's Lady ♥
nom de l'image
» Messages : 443
» Inscrit le : 05/06/2010
» Humeur : Happy Happy !! ^^


MessageSujet: Re: As if by chance    Mer 24 Aoû - 3:37

J'ai vachement adoré le chapitre *O* Mais... La veste T-T Bon, elle doit la retrouver :O C'est nécessaire quoi ?!? J'ai adoré ta description de Dong Ho *O* Du Dong Ho tout craché :D J'ai adoré la réplique : T'es un nain célèbre ? xD J'ai adoré ! A quand le 2nd Chapitre ! J'ai hâte de le dévorer aussi *O* Bonne continuation !! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Disturb
« Newbie ...


« Newbie ...
nom de l'image
» Messages : 45
» Inscrit le : 25/06/2011
» Coup de coeur : CNBlue ♥ B1A4

MessageSujet: Re: As if by chance    Jeu 25 Aoû - 13:53

    Hors propos
    Et voilà enfin le nouveau chapitre avec la surprise (si c’en est encore une) sur l’identité du premier amour de Seo Hee =D Ce qui implique donc des retrouvailles, comment vont-elles se passer ? =)
    Je vous souhaite une très bonne lecture.
    Comme musique, c’est donc Miracle des U Kiss =D



As if by chance
2. our bag





?, après seulement deux sonneries « Allô ? »
Seo Hee « Seong Hyen ! C’est toi le trouduc’ qui a le même le sac que moi ? »
Kevin « Oh, c’est donc ton sac, Noona ? »

Pourquoi est-ce qu’il m’appelle Noona aussi celui là ? Pour information, il doit sûrement être plus vieux que moi. En même temps, c’est vrai que je fais carrément plus autoritaire que lui et je dois donc donner l’impression d’être au dessus de lui dans la hiérarchie. En plus, je ne suis pas sûr de lui avoir filé mon prénom. N’empêche qu’il me vieillit, le saligaud.

Seo Hee « Bon, file moi ton adresse, je viens fissa. »
Kevin « Noona, t’as un copain ? »
Seo Hee, sceptique, sentant la connerie venir « Non pourquoi ? »
Kevin « Parce que tu as une veste de mec dans ton sac. »
Seo Hee « Tu touches à cette veste je te promet que je te rase la tête et que je te coupe les mains. Fouille plus dans mon sac, t’as compris ? »

Je l’entendis me répondre ‘oui’ d’une petite voix et je me ruais sur la première chose que je trouvais pour écrire, trouvant un crayon qui sortait de je ne sais où. Je notais donc l’adresse de Kevin, et de tout le groupe sûrement, sur le bras de Yeon Ji, elle ne protesta pas, je vous paris tout ce que vous voulez qu’à peine j’aurais mis les voiles, elle ira recopier cette adresse dans son journal intime. A peine avais-je finis de l’écrire que je le remerciais et que je lui disais de se préparer à me recevoir dans la demie heure qui suivait. Je laissais donc en plan Yeon Ji, non sans lui préciser que la maison avait intérêt à être clean quand je rentrerais et je me ruais dans la rue. Bon, je vous avoue que ça fait quand même un moment que j’ai pas mis les pieds à Séoul, autant vous dire que je n’ai pas cherché plus loin et j’ai chopé un taxi direct.
Une demie heure plus tard, j’étais dans un quartier résidentiel mais qui restait relativement discret tout de même. Il y avait une grande maison à un étage qui traînait entourée d’autres maisons plus ou moins grandes. Bref, une rue avec des maisons quoi. Sans chercher ni pour qui ni pour quoi, je me ruais sur la porte en tambourinant comme une malade. Collant mon oreille à la porte, je guettais le moindre chahut de la part des garçons du groupe mais il n’y avait pas un bruit. Puis la porte s’ouvrit et je découvris Kevin, non sans qu’il est changé de vêtement depuis le passage de l’avion, les yeux complètement dans le vague et un épis ridicule sur le crâne.

Seo Hee « Tu foutais quoi ? »
Kevin « J’me suis endormi… »

Il bailla et un sourire étira mes lèvres. Ce garçon était décidément trop choux. Je jetais un regard par dessus son épaule alors qu’il ne m’invitait toujours pas à rentrer.

Seo Hee « T’es tout seul ? Tu m’invites pas à… »

Je me coupais net dans mon élan, un garçon était arrivé par derrière Kevin et avait posé sa tête sur son épaule, me scrutant intensément, l’air tout aussi ailleurs que Kevin. Pour sur que ce garçon avait lui aussi piqué un somme. Il avait maintenant des cheveux blonds, qui tombaient presque devant ses yeux mais pas encore, une sorte de masse hirsute et aux allures incoiffables mais pourtant bien des plus finement coiffée.

? « T’es qui toi ? »

Sa phrase me laissa en plan, j’en ouvrais la bouche de surprise. Je le regardais au travers de mes lunettes, l’air totalement surprise, tellement sur le cul que j’étais incapable d’articuler un son. C’était à cause de mes lunettes ? C’est vrai que je n’en avais pas porté le jour de notre rencontre. Ou alors c’était mes cheveux peut-être ? A l’époque, j’avais les cheveux longs, tombant presque jusque dans le creux de mon dos, aujourd’hui, ils ne tombaient même pas sur mes épaules mais descendaient seulement sur mes joues. Ils étaient pourtant toujours aussi ondulés et j’avais encore cette mèche qui me barrait le visage. J’enlevais mes lunettes, peut-être dans le but qu’il puisse me reconnaître cette fois. Mais il me regarda une dernière fois avec froideur et repartit en haussant les épaules. Lui. Mon premier amour. Le garçon avec son putain de bus en panne, avec sa stupide veste et les mots qu’il avait prononcés juste avant qu’on se sépare pour ce que je croyais à jamais. Bordel. Il m’avait pas reconnue. J’en restais interdite.

Kevin « Ca va ? Viens rentre. »

Je me glissais dans l’entrebâillement de la porte et suivais Kevin docilement, ce qui ne me ressemblait pas, mais j’étais encore trop confuse.

? « J’espère que y’avait pas ces boulets de paparazzi dehors sinon on est partit pour une bonne semaine de merde à crouler sous les questions par rapport à cette fille. T’as remis ça ? T’as vomi sur elle, c’est ça ? »

Kevin commença à râler alors qu’il m’emmenait dans le salon. Il était là, assis dans la canapé, il attrapa un coussin qu’il blottit contre sa poitrine, bailla et alluma la télé. Il ne levait pas les yeux de l’écran alors que Kevin lui expliquait la situation. Et une fois qu’il fut au courant de tout dans les moindres détails, il se contenta d’un ‘ha’ las et distant. Je ne pouvais m’empêcher de détacher mon regard de ce garçon que j’avais côtoyé deux heures dans ma vie. Deux heures si importantes pour moi, deux heures avec des souvenirs jamais effacés, toujours gardés, intarissables. Je l’avais reconnu du premier regard, même si il faisait plus vieux, même si la couleur de ses cheveux avait changée, même si il n’était pas habillé pareil, j’avais tout de suite su que c’était lui. Et pourtant, lui, il n’en était pas capable. Peut-être ces deux heures de sa vie n’avaient pas été aussi importantes que ça et qu’il m’avait effacé de sa mémoire en un claquement de doigt.
Kevin se tourna vers moi et me fit signe de patienter un peu. Il nous laissa seuls et il n’y avait que pour seuls bruits de fond la voix mélodieuse et enjouée de la présentatrice télé. Pas un regard, pas une parole. Lorsque Kevin revint et me bouscula légèrement pour passer à côté de moi, je sursautais et amenais une main à mon cœur. Un petit rire émana de la gorge de Kevin qui, à cause de mon manque de réaction, me scruta d’un drôle d’œil.

Kevin « Tu es sûr que ça va ? Tu as l’air… Ailleurs… »

Je secouais la tête et souriais, certes pour cacher qu’il avait bien raison et que j’étais ailleurs. Il avait posé mon sac sur la table du salon, entre mon premier amour et la télévision, et il me tendit une petite boîte en carton.

Kevin « Je suis désolé, en cherchant ton téléphone, j’ai fait tomber ça. »

Je jetais un œil à ce qu’il me tendait. Mes médicaments, par instinct, j’amenais ma main à mon cœur, sentant bien sûr les battements de celui-ci. J’en avais presque oublié que mon sac de sport contenait aussi les médicaments que j’étais obligée de prendre chaque jour, pour éviter un rejet de mon nouveau cœur, je pouvais mourir si je ne les prenais pas, faire une infection rénale, un rejet de la greffe, bref, rien de bien réjouissant. J’attrapais la boîte, je n’en étais cependant pas le moins du monde paniquée.

Seo Hee « Je peux avoir un verre d’eau ? »

Alors que Kevin hochait la tête et se dirigeait sûrement vers la cuisine me chercher un verre d’eau, je me dirigeais à pas de loup vers la table où trônait mon sac de sport, je le posais sur le sol pour ne pas gêner monsieur-je-ne-me-souviens-pas-de-toi et je sortais la veste, quitte à me prendre des moqueries de sa part de l’avoir gardée depuis tout ce temps, mais histoire de voir si ça allait lui faire revenir la mémoire. Je le vis du coin de l’œil jeter un regard dans ma direction alors que je la dépliais bien sous ses yeux pour la replier délicatement par la suite, mais il se détourna et recommença à regarder la télé sans rien dire. Légèrement abattue, ne sachant pas non plus quoi faire à part lui cracher à la figure et le traiter de con, je rangeais mon sac en silence, c’est qu’il avait tout retourné le petit Kevin à chercher mon téléphone. Bon. Il ne réagissait pas. Il ne me reconnaissait vraiment pas. Arg, ça allait me faire piquer une crise, je le sentais ! Au moment où j’allais me lever et m’énerver, Kevin me tendit un verre d’eau. Je le regardais, d’abords surprise, ayant oublier la raison de ce verre, et puis, le fait que j’ai encore la boîte de médicaments dans les mains me fit percuter à nouveau. Je sortais donc trois cachets de la boîte, une pilule bleue ciel et deux gélules blanches/rouges. Je mettais le tout dans ma bouche sans me poser plus de question et j’avalais le verre d’eau cul sec. Kevin avait de grands yeux. Je lui tendais le verre en m’essuyant la bouche d’un revers de la main.

Kevin « Euh… C’est pas déconseillé les trois d’un coup ? »
Seo Hee, indifférente « Question d’habitude. J’suis censée avoir quelque chose dans le bide après avoir avalé ça, t’as pas un truc à manger ? »
Kevin, se tournant vers le garçon dans le canapé « Ki Seop, il reste quelque chose dans le frigo ? »

Ki Seop… Dire que je n’apprenais même pas son prénom de sa bouche.

Ki Seop « Tu ne veux pas non plus lui proposer de faire une sieste ici ? »
Kevin, se tournant vers moi « Ne fais pas attention à lui, c’est un vrai grincheux depuis qu’il a eu un accident y’a deux ans… »
Ki Seop, se redressant et se tournant vers nous « Tu peux éviter de déballer ma vie à une étrangère ? »
Kevin, ne se souciant guère des paroles de Ki Seop « En fait, c’est assez marrant, on était en France, notre bus était tombé en panne et on l’a envoyé chercher de l’aide, il avait perdu à pierre/feuille/ciseaux… »

Une étrangère… Je n’étais plus qu’une étrangère. Ki Seop se leva, sans pour autant venir vers nous. En fait, j’avais envie de savoir la suite, parce que je sentais que c’était la clé de ce mystère sur le fait qu’il ne me reconnaissait pas. Il avait l’air tellement différend de celui que j’avais connu. Dans mes souvenirs, il n’était pas aussi froid et méfiant, c’était comme si les rôles c’étaient en quelques sortes inversés.

Kevin « Il est revenu deux heures plus tard, avec un bidon d’essence et sans veste, on a réparé le bus et en montant dedans, il a loupé la marche, s’est fracassé la tête sur une autre marche et BIM, traumatisme crânien, il a complètement oublié les deux heures qui ont précédées cet accident. »

Quoi ? C’est pour un truc aussi débile qu’il ne se souvenait pas de moi ? Je me tournais vers lui, plongeant mes yeux dans les siens, il parut surpris de l’intensité dans mon regard.

Kevin, haussant les épaules « Bref, depuis cet accident, c’est un vrai grincheux, rabat joie, agressif, lunatique, méchant…. »
Ki Seop « Kevin… »

Kevin ne vit pas le coup venir et se prit le coussin en pleine tronche. Le temps pour lui de reprendre ses esprits que j’avais déjà ramassé mes affaires et me dirigeais vers la sortie. Au moment où je passais la porte, Kevin m’avait attrapé le bras et me faisait me retourner. Il me scrutait, plus surpris qu’autre chose. Je ne savais pas quoi faire, je n’arrivais plus à réfléchir, c’était un peu comme si deux heures de ma vie partaient en fumée, et pas les moins importantes bien sûrs, deux heures qui étaient restées gravées dans mon esprit pendant deux ans. Même si je l’avais revu, même si je savais son nom, j’aurais préféré gardé mes souvenirs intactes. J’allais fuir, parce que c’était la plus simple des choses à faire et vu l’état dans lequel devait être mon cerveau, c’était le mieux que je pouvais faire.

Kevin « Ton prénom ? »

Je regardais par dessus son épaule. Ki Seop était là. C’était tellement étrange de penser à lui en mettant un prénom sur sa tête. J’hésitais.

Seo Hee « Seo… Seo Hee. »

Honte à moi, j’ai failli donner un faux prénom. Heureusement, je me suis ravisée. Ca aurait été la meilleure ça, que tu donnes un faux prénom… Tu n’avais plus que ça à faire pour fuir les fantômes de ton passé. Son fantôme. Parce qu’il n’y avait plus d’espoirs à avoir, hein ? En même temps, tu as été vraiment ridicule d’avoir de l’espoir là dedans… Ki Seop haussa un sourcil et disparut au fond du couloir, emportant avec lui mes souvenirs. Je baissais les yeux, Kevin lâcha mon bras.

Kevin « Je me suis permis d’enregistrer mon numéro de téléphone dans ton répertoire. »

Je levais un œil vers lui. Pensait-il vraiment que ça allait suffire pour que je le rappel ? N’avait-il pas compris que je prenais un malin plaisir à faire tout ce qu’on ne voulait pas que je fasse et à ne pas faire ce que l’on me demandait de faire ? Cependant, il réussit à me faire oublier pendant deux secondes le trou noir qui planait au dessus de ma tête et qui menaçait à tout moment de m’engloutir. Je me redressais et prenais un air fière, un sourire narquois sur le visage, mais au moment où j’allais ouvrir la bouche pour répliquer, il me coupa la parole.

Kevin, un air triomphant sur le visage « J’ai aussi pris soin de noter celui de ta tante, de ta cousine et de ton université. Si tu ne m’appelles pas, je me ferais un plaisir de leur passer un petit coup de fil. Je suis sûr qu’ils seront ravis de savoir que tu fais du commerce de poulet. »
Seo Hee, sur le cul « Du commerce de quoi ? Je fais pas de commerce de poulet ! »

Avant que je n’ai le temps de dire quoi que ce soit, il partit en courant chez lui et revint avec une étrange chose dans les bras. Il me la fila entre les mains, sortit un appareil photo de la poche arrière de son pantalon et un clic retentit. Je poussais un hurlement, sans pour autant éjecter l’animal à plume de mes bras, je ne suis pas non plus une sadique.

Kevin « Je te présente Boy Cot, notre coq. »
Seo Hee, l’air féroce « Enlève moi ça tout de suite. »

Il rigola et m’enleva le poulet des bras, le posant sur son épaule comme si de rien n’était. L’animal resta perché sur son maître, me scrutant de profil. Kevin agita l’appareil photo sous mon nez. Il était fou, lui ou quoi ? J’enlevais une plume qui s’était coincée dans les mailles de mon pull mais il me la prit des mains et la coinça dans mes cheveux, comme si j’étais une Indienne.

Kevin « Tu m’appelles ? »
Seo Hee « Dans tes rêves. »
Kevin « A demain alors, j’attends ton appel. »

Il me servit un dernier sourire et refermais la porte derrière lui. Je restais muette, la porte close face à moi. Je n’avais rien suivis sur la fin, je vous l’avoue. Qu’est-ce que c’est que cette histoire de poulet ? C’est leu animal de compagnie ? C’est pas juste trop des malades ? Mais à peine fus-je seule que l’indifférence de Ki Seop à mon égard me frappa de plein fouet.
Revenir en haut Aller en bas
http://munjeo-wass-syeong.forum-pro.fr/
saranghea


N°1~ JongUK N.Sonic
nom de l'image
» Messages : 8039
» Inscrit le : 17/07/2009
» Localisation : In my mind
» Coup de coeur : N:Sonic...JongUk & Bong Jun // Memory in FT.Island ♥
» Humeur : HUmmm IN LOVE ♥


MessageSujet: Re: As if by chance    Jeu 25 Aoû - 14:03

ma didiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii tu me manque!! j'ai trop adorer moi ce chapitre j'en veux encore! XD
vive le poulet mais je el préfere mort dans l'assiète! XD
Revenir en haut Aller en bas
http://saranghea63.skyrock.com
Yeonnie
Kyu Jong Only Love~♥  Dong Woon's Princess


Kyu Jong Only Love~♥
Dong Woon's Princess
nom de l'image
» Messages : 5296
» Inscrit le : 23/04/2009
» Localisation : Crazy Land
» Coup de coeur : Lee Hi
» Humeur : One Shot~~


MessageSujet: Re: As if by chance    Lun 23 Jan - 23:28

J'aime tellement!! Elle arrive quand la suite?!



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
B.A.P♥. « Yes sir! We are the B.A.P.Warrior's is back with No Mercy because We've Got The Power.  One Shot!Are you gonna give in? Are you gonna be caught by the surrounding traps?Only one shot!Don’t run away, turn around and face your faces
» ▬ B.A.P ;; ONE SHOT.

Revenir en haut Aller en bas
mounia
« Addicted...


« Addicted...
nom de l'image
» Messages : 163
» Inscrit le : 21/12/2010
» Localisation : Marrakech
» Coup de coeur : Eric Mun ♥
» Humeur : =D


MessageSujet: Re: As if by chance    Mar 14 Fév - 22:29

Laaa suiiiiiiiiiite !!! Sa fait si longtemps ...je veux savoir ce qu'il va se passer!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Yeonnie
Kyu Jong Only Love~♥  Dong Woon's Princess


Kyu Jong Only Love~♥
Dong Woon's Princess
nom de l'image
» Messages : 5296
» Inscrit le : 23/04/2009
» Localisation : Crazy Land
» Coup de coeur : Lee Hi
» Humeur : One Shot~~


MessageSujet: Re: As if by chance    Jeu 21 Juin - 17:35

Je veux savoir <3



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
B.A.P♥. « Yes sir! We are the B.A.P.Warrior's is back with No Mercy because We've Got The Power.  One Shot!Are you gonna give in? Are you gonna be caught by the surrounding traps?Only one shot!Don’t run away, turn around and face your faces
» ▬ B.A.P ;; ONE SHOT.

Revenir en haut Aller en bas
lolipopcorn
« Newbie ...


« Newbie ...
nom de l'image
» Messages : 8
» Inscrit le : 25/06/2013
» Localisation : dans les nuages

MessageSujet: Re: As if by chance    Ven 13 Sep - 20:07

Ta fiction est vraiment bien, j'attends avec grande impatience la suite.
Bonne continuation :)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


nom de l'image

MessageSujet: Re: As if by chance    Aujourd'hui à 21:45

Revenir en haut Aller en bas
 

As if by chance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Break time ::  :: Fictions Finies-