Partagez | 
 

 L'autre moi [Fiction]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Royo
« Newbie ...


« Newbie ...
nom de l'image
» Messages : 5
» Inscrit le : 11/07/2012

MessageSujet: L'autre moi [Fiction]   Jeu 12 Juil - 12:58

Je suis nouvelle ici, mais j'espère que certains viendront lire quand même ! ♥

A l'origine, je devais garder cette fic' pour une amie... Mais je me rend compte que sans la pression constante d'un public, je n'écrirai jamais la suite. (flemme quand tu nous prends). Je fonctionne au stress ! :)

Les personnages m'appartiennent ! Ils sont totalement fictifs. Les personnages de l'illustration ne sont en aucun cas les protagonistes et servent juste de représentation.

Résumé rapide:Alors que tout les oppose, leur existence même les attire. Une amitié, une romance, une fusion, qui sait ce qui les rapproche...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Les opposés s’attirent.
Qui se ressemble, s’assemble.
Il veut devenir fort, elle est devenue faible.
Lié au passé de l’autre, proche de son présent. Rien ne bascule d’un coup, ce n’est qu’une question de temps

1
Elle avait finalement récupéré sa lourde valise. L’ambiance dans l’aéroport était plutôt agitée, comme c’était toujours le cas dans cet aéroport de Séoul. Les gens étaient calmes, mais tout ce monde provoquait toujours un sentiment d’agitation, de mouvement conséquent. C’en était à la limite de l’oppressant. C’était presque silencieux, un peu comme le léger bruit d’une vague s’écrasant sur le sable tout en douceur. Personne ne courait, les enfants étaient sages. Malgré la nuit, on était ébloui dans ce vaste hall. Les lumières et l’effervescence de la ville perçaient derrière ces grandes vitres et les lampes au plafond faisaient briller le sol parfaitement propre de la salle.

La jeune fille déglutit. Dix ans en Corée n’avaient pas suffit pour l’habituer à ce calme angoissant. Elle se fraya un chemin parmi la foule et aperçut enfin la porte de sortie. Dans un léger grincement, celle-ci s’ouvrit. La voyageuse ignora une vieille dame qui lui souriait chaleureusement et trottina à l’extérieur avant de lâcher un bruyant soupir. L’air frais lui rafraichit le visage, elle eut l’impression de renaître pendant quelques secondes. Lorsqu’elle rouvrit les yeux, elle vit des gens changer de trottoir en la regardant de travers. Elle était déjà venue plusieurs fois à Séoul, mais cela l’impressionnait toujours. Toutes ces lumières dansantes dans la nuit, ces gens ivres un peu partout, ces filles qui sortaient de karaokés encore en train de chanter, cette circulation abondante qui ne semblait suivre aucun code de la route…

Malheureusement, elle n’était pas comme ces gens. Elle, elle était là, avec sa valise, sa petite veste sur le dos et sans appartement où rentrer. La solitude lui écrasait tellement les épaules qu’elle dû s’asseoir un peu plus loin sur un banc pour reprendre son souffle. Après quelques minutes, elle décida que finalement, ce banc était une bonne place et elle s’y enfonça un peu plus, s’adossant au bois. Elle pensa même à s’y allonger. Le banc se trouvait un peu à l’écart des portes de sortie de l’aéroport, et les passants y étaient moins nombreux que dans les axes principaux. Elle pouvait donc se mettre à son aise, seulement, un homme était assis à sa gauche. La tête en arrière, les bras étalés sur le dossier, un chapeau Borsalino sur le visage ; il semblait dormir.

Comme elle n’avait rien à faire, elle tourna la tête et observa le garçon. Il était habillé à la mode coréenne : un jean noir moulant dont les extrémités étaient cachées dans de grandes bottes noires semblables à celles des militaires, serrées à l’extrême par de longs lacets zébrés. En haut, il portait un simple tee-shirt noir mais qui dévoilait un corps fin de sportif. Tout cela surmonté d’une veste étriquée et courte presque identique à celle de la jeune fille. Sa tenue était sombre, mais on pouvait apercevoir briller la boucle de sa ceinture et le pendentif argenté qui dévalait le long de son cou jusqu’à son torse. Elle reporta son attention sur les mains du jeune homme ; des mains semblables à celles d’une femme mais aux articulations dures comme celles d’un homme, des mains ornées de bagues et de bracelets divers. Avec cet accoutrement, elle pensa qu’il devait avoir une coupe extravagante cachée sous son chapeau, avec peut être les cheveux teints en blond ou en roux.

Le temps passait, et aucun des deux ne bougeait. Elle regarda sa montre : une heure du matin. Elle devait vraiment trouver une chambre d’hôtel, mais elle était arrivée à la limite de son courage, elle ne voulait plus bouger, ne voulait plus avoir à chercher ou à réfléchir. Elle lança un regard vers le garçon et se demanda ce qu’il pouvait attendre… Elle hésita à la réveiller mais se résigna.

Le temps commençait à se rafraîchir. Elle portait – tout comme lui – une veste et un tee-shirt, mais pour le bas, c’était une simple jupe courte, un léger collant et des bottines. Le vent la faisait frissonner.

—Ah ! s’exclama-t-elle. Temps pourri, temps pourri…

Une voix lui parvint de sous le chapeau.

—Depuis combien de temps êtes-vous ici ? Rentrez chez vous, il fait froid.

Elle sursauta et ses joues prirent une légère teinte rosée. Il était réveillé ? Il l’observait depuis tout à l’heure ?
Elle glissa vers l’extrémité du banc. Froid ? Il pouvait parler ! Il n’était pas plus habillé qu’elle. Son tee-shirt était plus plongeant que celui des mannequins à la télévision, à croire que montrer le haut de ses pectoraux était coutume en Corée. Ou peut être que c’était une fille, une fille à petite poitrine et à la voix grave… Elle jeta un œil au jean moulant. C’était définitivement un homme, ou du moins, cela s’en rapprochait. Elle soupira. Décidemment, la mode masculine lui passait encore au dessus de la tête.

Comme elle ne répondait pas, il souleva son chapeau et releva le visage. La jeune fille retint son souffle : blond, roux ? Elle fit une grimace. Il était brun, tout ce qu’il y a de plus normal. Ses cheveux étaient rangés d’un côté à l’autre de son crâne comme s’il avait prit une bourrasque de vent et recouvraient le haut de ses oreilles. Il portait deux boucles sur la même oreille. De manière générale, il avait le visage rond typique des Coréens et les yeux légèrement bridés. En les fixant, on se rendait rapidement compte qu’ils étaient mis en valeur par un trait fin d’eye-liner. Elle l’imagina avec une robe et retint une remarque de mauvais goût que lui dictait son âme de Française. Après tout, elle aussi aurait aimé posséder ces yeux bridés et cette peau de bébé, cela ne semblait pas convenable de s’en moquer.

Finalement, elle se lança.

—Je n’ai pas envie de rentrer. Je suis bien ici, mieux que là où j’étais du moins.
Il leva un sourcil et détourna le regard.

—Mais je vous retourne la remarque, ajouta-t-elle doucement.

—Non, moi j’attends.

—Vous attendez ? Votre objectif semble tout aussi vague que le mien.

Elle ne demanda pas plus d’informations ; c’était impoli ici.

—Oui, j’attends un monde meilleur, répondit-il de son propre chef tout en souriant.

—Vous avez de l’espoir. Il y a longtemps que j’ai arrêté de l’attendre. J’ai décidé d’aller le chercher moi-même.

—Et vous l’avez trouvé ? demanda-t-il avec intérêt.

Cette conversation n’avait aucun sens, mais c’est cela qu’elle aimait en Corée ; deux métaphores et vous les envoutiez tous.

—Non.

Elle s’arrêta. Elle aimait voir ses yeux briller de curiosité, elle voulait savoir s’il briserait son code de politesse et oserait en demander plus. Après quelques secondes, il se redressa et reprit.

—Quoi qu’il en soit, vous allez attraper froid.

Impassible ! Il était impassible ! Elle avait été vaincue ! Il passa une main hésitante dans ses cheveux « ventifiés » et craqua :

—Peut être que ce « monde meilleur » se trouve ailleurs que sur ce banc…

Elle rit intérieurement, c’était le moment de contre-attaquer.

—Dans ce cas, répondit-elle, pourquoi restez-vous ici ? Partez devant et venez me chercher quand vous l’aurez trouvé. Ah, et mettez une veste plus chaude, vous allez attraper froid.

Cette conversation était devenue un jeu, le vainqueur étant celui qui quitterait le banc en dernier. Il réfléchit quelques instants, s’ébouriffa les cheveux des deux mains et se leva.
C’était malin, à cet instant, c’était plus un ouragan qu’une simple bourrasque de vent qu’il avait subi.

D’un geste digne de Michael Jackson, il remit son chapeau et se tourna vers la jeune fille.

—Que diriez-vous d’aller voir dans un café près d’un radiateur si le monde meilleur n’y est pas ?


Dernière édition par Royo le Jeu 12 Juil - 13:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ju'
« Sarang-azn' vip ...


« Sarang-azn' vip ...
nom de l'image
» Messages : 3567
» Inscrit le : 02/06/2011
» Coup de coeur : Black Veil Brides
» Humeur : Vacances !!!


MessageSujet: Re: L'autre moi [Fiction]   Jeu 12 Juil - 13:07

c'est trop bien, le début est très intérréssant et intriguant, j'ai hâte de lire la suite
seulement essaye d'aérer un peu plus ton texte parce qu'il est difficile à lire enfin c'est ce que j'ai trouvé mais sinon c'est super j'attends la suite avec impatience

et moi aussi j'écris la suite parce que je dois la posté XD
Revenir en haut Aller en bas
Royo
« Newbie ...


« Newbie ...
nom de l'image
» Messages : 5
» Inscrit le : 11/07/2012

MessageSujet: Re: L'autre moi [Fiction]   Jeu 12 Juil - 13:16

Haa ! Merci beaucoup ! J'avais pas vu ! C'est à cause du passage depuis Word à ici, ça a supprimé tous mes paragraphes et mes alinéas, grbgrkr... J'édite tout de suite !
Revenir en haut Aller en bas
Ju'
« Sarang-azn' vip ...


« Sarang-azn' vip ...
nom de l'image
» Messages : 3567
» Inscrit le : 02/06/2011
» Coup de coeur : Black Veil Brides
» Humeur : Vacances !!!


MessageSujet: Re: L'autre moi [Fiction]   Jeu 12 Juil - 13:17

oki mais sinon c'est super j'ai trop envie de lire la suite

et... L13 est-ce que tu peux aller lire mes écrits à moi siouplait L13
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


nom de l'image

MessageSujet: Re: L'autre moi [Fiction]   Aujourd'hui à 18:05

Revenir en haut Aller en bas
 

L'autre moi [Fiction]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Break time ::  :: Fictions Finies-